Alors que l’avion naviguait dans les airs lors d’un vol de retour à Halifax, j’ai fait récemment l’expérience d’un orage électrique. Aucun éclair n’était visible tandis nous avons planions le long de cette grande formation de nuages, seulement un éclat doux mais brillant émanant de ses profondeurs, avec un scintillement périodique, le tonnerre réduit au silence par le vrombissement tranquille du moteur.

Soudain, j’ai pris intensément conscience de la tension de mon propre corps durant le vol; de la façon dont je serrais les poings, à la douleur dans mes pieds due au vertige et à la sensation d’éclatement dans mes oreilles due à la pression. En même temps, tandis que j’observais cela, une deuxième expérience s’est emparée de moi. C’était un évanouissement spirituel, un sentiment d’unité, qui transcendait la puissance et la beauté brutes de la nature, plus proche de l’idée du paradis que je n’en avais jamais fait l’expérience.

À propos de l’artiste
Jessica Gay

Jusqu’à tout récemment, Jessica Gay partageait sa vie entre Bedford et Sackville, les deux villes où elle a passé la plupart de son temps durant son enfance. Jessica vit maintenant à Halifax et fait sa quatrième et dernière année d’études à l’Université NSCAD.

Tandis qu’elle étudiait en vue de son diplôme de baccalauréat en beaux-arts à NSCAD, Jessica a exploré de nombreuses disciplines, comme la fabrication de livres, la céramique et la typographie, mais c’est à la peinture qu’elle retourne encore et encore. Elle préfère travailler avec des huiles, tout en employant souvent une palette audacieuse aux couleurs vives. Ses passions secondaires du dessin et de l’écriture contribuent à influencer sa pratique en studio, et prennent parfois une direction qui leur est propre. Ses intérêts personnels à l’égard de la nature, de la technologie et de l’histoire locale entrent en jeu pour influencer son œuvre et s’expriment à travers des récits personnels.

Emplacement
Hall inférieur, entrée côté nord

Art at the Airport called Heightened